Kamilla Kántor: «En France, ce sont les attaques et les buts spectaculaires»

Kamilla Kántor, gardienne de 24 ans venant de Hongrie, qui joue actuellement en deuxième division française. Engagée avec l’équipe d’Entente Noisy Le Grand/Gagny jusqu’à l’été 2017/2018.

Voulez-vous savoir davantage de son parcours professionnel, sa comparaison entre deux grands pays de handball ? Continuez à lire…

  1. Bonjour Kamilla, tu as 24 ans et tu joues déjà dans un pays étranger. Qu’est ce que tu as apporté à ton contrat actuel et pourquoi tu as choisi de partir en France ?

En Hongrie, j’ai joué en deuxième division dans un club d’une petite ville puis un an dans une équipe jeune de team FTC. Quand j’avais 19 ans, après avoir réussi mon bac, j’ai décidé de continuer mon parcours dans un pays étranger. J’ai choisi la France à cause de la langue qui correspondais à mes objectifs universitaires. Je voulais devenir une traductrice  en français, anglais et hongrois, surtout pour les événements sportifs. Maintenant, après 5 ans passés en France, j’ai obtenu mon Master en Management du Sport et en même temps j’ai réussi à construire ma carrière sportive. J’avais des opportunités pour travailler comme traductrice pour les événements organisés par la Fédération française de handball, pendant lesquels j’avais le plaisir de coopérer avec Mats Olson par exemple.

Mon diplôme me servira après ma carrière de sportive de haut niveau, mais maintenant je préfère être considérée plutôt comme une joueuse qu’un manager. Mon équipe actuelle est proche de Paris. Malheureusement le club n’a jusque là pas réussi à avoir un budget pour accéder à la LFH (1ère division française). Mais nos résultats restent positifs (par exemple, l’année dernière nous avons finis à la 2ème place)

  1. La France et la Hongrie sont  deux les pays disposants de divisions de haut niveau et des équipes nationales faisant partie des meilleurs au monde. Comment comparerais-tu le handball dans ces deux pays ? Les conditions de vie, le style de jeu et la popularité ?

Premièrement, j’étais surprise de la différence de style de jeu. En France, ce sont les attaques et les buts spectaculaires, tandis qu’en Hongrie c’est plutôt une à une défense solide qu’on accorde le plus d’importance. Ainsi, en France les équipe courent  pendant tout le match, alors qu’en Hongrie les équipes ont plus tendance à « créer le jeu en attaque à partir de zéro ». Les styles de jeu sont différents, mais les deux sont spectaculaires et attirants. Au niveau des conditions de vie, je trouve, que la Hongrie a fait beaucoup de progrès ces dernières années, grâce aux nouvelles possibilité de financements venant des entreprises privées. Les spectateurs sont naturellement plus nombreux en France, comme c’est un pays beaucoup plus grand. Mais en tous cas, en Hongrie, on aime autant le handball qu’en France. Selon l’EHF, le Championnat féminin Hongrois est le meilleur d’Europe, alors que Championnat de garçons, lui occupe la 3ème place. Je trouve que ce classement est vraiment encourageant pour un si petit pays.

  1. Tu es jeune et au début de ta carrière sportive. Quelle sont tes projets et objectifs ? Quel type d’opportunités pourrait t’intéresser ? Est-ce-que tu as un pays préféré, un championnat ou une équipe, où tu aimerais jouer ?  

Mon objectif est d’atteindre mon meilleur niveau et de jouer au niveau le plus élevé possible. J’ai accordé suffisamment de temps à mes études et maintenant il est temps de me concentrer sur le handball autant que possible. Un de mes plus grands rêves est de jouer à FTC de nouveau, mais cette fois dans l’équipe senior. Mais pour que ça se passe, je dois encore beaucoup apprendre.

Cette saison, nous avons déjà 3 match derrière nous. Je donne le meilleur à chaque entraînement, à chaque match et je verrai en fin de la saison où je serai. Au lieu de me mettre sous pression, j’essaie plutôt me concentrer sur le présent et de donner le meilleur de moi-même à l’équipe. Comme j’ai une passion pour découvrir les nouvelles langues et cultures, je n’ai pas de préférence concrète au niveau du pays.

  1. De nos jours beaucoup de clubs rencontrent des difficultés à attirer les enfants au handball. Les joueurs peuvent avoir un rôle essentiel dans cette problématique. Qu’est-ce que tu en penses ? Les joueurs professionnels devraient participer aux programmes des jeunes de leur club ? Est-ce-que toi, tu participes, ou participerais, aux entraînements des jeunes ?

Ça c’est une question très intéressante. En effet, j’ai écris ma thèse à ce sujet. Je crois que ces programmes permettent aux joueurs de se tester eux-mêmes comme entraîneurs. Beaucoup de joueurs professionnels deviennent entraîneurs après avoir fini leur carrière sportive et cette première expérience peut être parfaite pour découvrir si un joueur a suffisamment de patience et un don pour l’éducation des jeunes. De plus, les enfants ont souvent l’habitude de considérer les joueurs professionnels comme des héros et ils sont plus motivés quand ils s’entraînent en présence de joueurs qu’ils aiment. Moi, j’ai déjà participé aux différents événements pour les enfants. Bien que ça peut être fatigant, j’aime bien partager mon savoir-faire avec les jeunes et notamment avec les gardiens, ce que je préfère.

  1. En cherchant un nouveau club, les joueurs doivent évaluer les différents éléments pour bien choisir leurs nouvelles couleurs (entraîneur, niveau du club, pays, sécurité finançière). Qu’est-ce-qui est le plus important pour toi au niveau de tes recherches et négociations ?

Pour moi, l’entraîneur et club, ça va ensemble. Si un joueur décide de faire confiance au club, ça veut dire qu’il fait confiance à l’entraîneur. Pour moi, le niveau du club reste toujours la chose la plus importante. Je joue au handball depuis 17 ans, mais je n’ai joué que dans 4 clubs seulement. Chaque fois que j’ai changé de club, je l’ai fait pour avancer. Le motif de ma décision était clair – avoir une nouvelle opportunité dans les mains. Parce-que on ne devrait jamais arrêter de s’améliorer. Pas seulement en sport mais dans tous les aspects de nos vies.

Les commentaires sont fermés.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d bloggers like this: